Ei-iE

Faire entendre la voix des femmes enseignantes arabes

Publié 22 mars 2017 Mis à jour 30 mars 2017

A l’occasion de la 61e session de la Commission de la condition de la femme des Nations Unies, les femmes dirigeantes syndicales ont réaffirmé leur solidarité envers leurs collègues féminines des pays arabes, et plus précisément envers les militantes syndicales du Bahreïn.

Les délégué(e)s participant à la 61e session de la Commission de la condition de la femme des Nations Unies (CSW61) ont entendu le récit poignant d’une dirigeante syndicale ayant eu maille à partir avec les autorités. Lors d’une séance organisée par la délégation de l’Internationale de l’Education (IE) le 12 mars à New York, aux Etats-Unis, Jalila al-Salman, Vice-Présidente de la Bahrain Teachers’ Association(BTA), a décrit l’expérience difficile qu’elle a vécue en tant que femme et dirigeante syndicale.

Comptant parmi les déléguées présentes à l’UNCSW61, al-Salman a raconté comment elle et un grand nombre de membres de la direction de son syndicat ont été arrêtés en 2011, notamment l’ensemble du Conseil d’administration de la BTA et son Président Mahdi Abu Dheeb. Ces arrestations ont eu lieu après l’organisation d’une grève par le syndicat et sa participation à des manifestations pacifiques. Condamné(e)s à une peine de prison par le tribunal militaire, al-Salman et Abu Dheeb ont été torturés durant leur détention et victimes de violences verbales et psychologiques.

Dégradation de l’éducation publique

Outre sa propre situation, Al-Salman a également expliqué la façon dont la qualité de l’enseignement public s’était sensiblement dégradée suite à l’embauche par le gouvernement de plusieurs milliers de volontaires non qualifié(e)s pour remplacer les enseignant(e)s grévistes.

En réponse aux participant(e)s lui ayant demandé quels étaient les meilleurs moyens d’aider les enseignant(e)s de son pays, elle les a exhorté(e)s à dénoncer autant que possible cette situation auprès de leurs gouvernements ou auprès des représentations diplomatiques du Bahreïn dans leurs pays.

IE: témoignages de solidarité

Afin de soutenir al-Salman et ses collègues, la Secrétaire générale adjointe de l’IE Haldis Holst a souligné « l’importance de faire entendre la voix des femmes enseignantes arabes, sachant qu’elles forment la majorité des effectifs dans les pays arabes ». Elle a également encouragé les membres de la délégation de l’IE à l’UN CSW61 à faire part de leurs témoignages afin d’exprimer leur solidarité et sensibiliser l’opinion dans l’espoir d’amener un changement progressif.