Ei-iE

17 façons d’améliorer l’éducation des filles

Publié 9 septembre 2016 Mis à jour 14 septembre 2016

Avec plus de 32 millions de filles non scolarisées dans le monde, nombreux sont les moyens de promouvoir l’éducation des filles - un nouveau site web propose au moins 17 exemples en la matière.

L’Initiative des Nations Unies pour l’éducation des filles (UNGEI) a lancé le Fonds de l’UNGEI pour la documentation des bonnes pratiques en matière d’éducation des filles et d’égalité entre les genres entre 2014 et 2016, en partenariat avec l’Overseas Development Institute (ODI).

Le Fonds de l’UNGEI a fourni une assistance technique et octroyé de petites subventions à 17 organisations non gouvernementales du monde entier, y compris l’affilié ougandais de l’Internationale de l’Education (IE), l’UNATU, afin de leur permettre de recueillir et identifier des exemples de bonnes pratiques en matière d’éducation des filles. Conduit sur une période de deux ans, ce projet a permis de constituer une vaste base d’éléments de preuve et de documents - incluant des études de cas, des rapports de synthèse ainsi qu’une note d’orientation.

Faits marquants du projet

Les 17 études de cas mises en exergue dans le cadre du projet ont identifié diverses approches créatives permettant de promouvoir l’éducation des filles. Dans l’ensemble, les études de cas ont démontré que même les programmes à petite échelle visant à faire évoluer les attitudes à l’égard des filles et des femmes dans le contexte de l’éducation peuvent contribuer à l’égalité entre les genres dans la société au sens large.

Plus important encore, les études de cas ont montré que les filles étaient ainsi plus enclines à se projeter sur le plan professionnel et personnel au-delà de l’école lorsque les programmes engageaient les garçons et la collectivité, favorisaient une évolution des attitudes et des comportements à l’égard des filles et mettaient l’accent sur un accroissement du pouvoir et de la confiance des filles en elles-mêmes.

L’action des enseignant(e)s au profit des filles

L’une des études de cas retenues par l’UNGEI est la Teachers’ Action for Girls(TAG, Action des enseignant(e)s au profit des filles), une initiative conjointe entre l’UNATU, un affilié de l’IE en Ouganda, et la Fédération canadienne des enseignantes et des enseignants, elle aussi affiliée à l’IE. Cette initiative cherche avant tout à amener les enseignant(e)s et les directeurs/trices d’établissement à transformer les écoles en faveur de la fillette.

L’objectif global de la TAG est de contribuer à l’éducation de la fillette, en donnant aux enseignant(e)s les moyens d’agir à travers les connaissances, les compétences et les valeurs leur permettant de devenir des acteurs de premier plan dans la création d’environnements scolaires tenant compte de la dimension du genre. Elle introduit une approche novatrice axée sur les filles, qui vise tout particulièrement à faire progresser l’éducation des filles et à écarter les obstacles entravant leur réussite scolaire.

Fondamentalement axée sur les enseignant(e)s, l’approche adoptée dans le cadre des projets en faveur de l’amélioration de l’éducation des filles considère les organisations d’enseignant(e)s comme un partenaire important dans l’amélioration de la sécurité et la réussite des filles à l’école, en raison de leur lien direct avec les enseignant(e)s et les directeurs/trices d’établissement. Cette hypothèse se retrouve dans le nom du projet TAG lui-même: L’action des enseignant(e)s au profit des filles.

À travers l’approche TAG, la sécurité des filles et l’égalité des chances à l’école sont considérées comme une responsabilité professionnelle qui incombe aux enseignant(e)s. La TAG met particulièrement l’accent sur l’égalité entre les genres, à l’aide du perfectionnement professionnel d’enseignant(e) à enseignant(e), et le renforcement de la capacité des enseignant(e)s à prendre des décisions et à agir en conséquence. La démarche favorise ainsi l’évolution de l’école tout entière et l’implication des parents et de la collectivité.

En savoir plus

Pour assurer la diffusion des précieux résultats de ce projet auprès des praticiens, des chercheurs et des bailleurs de fonds dans l’ensemble du secteur, un site web a été créé afin d’héberger les matériels connexes de façon centralisée. Pour consulter les études de cas et en savoir davantage sur le projet, rendez-vous sur www.goodpracticefund.org