Ei-iE

Swaziland: les enseignant(e)s luttent pour une augmentation de salaire

Publié 28 mars 2013 Mis à jour 12 avril 2013

Les syndicats du secteur public au Swaziland, parmi lesquels figure la Swaziland National Association of Teachers (SNAT), un affilié de l’IE, ont réagi négativement à l'annonce d'une augmentation de salaire de 30 pour cent pour les jeunes officiers de police, alors qu'un gel des salaires est imposé aux enseignant(e)s.

Une augmentation de salaire réservée à certains employés du secteur public

Le Commissaire de police swazi Isaac Magagula a annoncé le 27 février une augmentation de salaire qui s'appliquera aux agents et aux sergents. Il n'a pas précisé de date pour l'application de cette augmentation, mais à en croire les médias locaux, cela ne devrait pas « tarder ».

Le Fonds monétaire international (FMI) a conseillé au gouvernement du Swaziland de réduire son montant salarial total, et pas de l'augmenter.

Les syndicats avaient précédemment été informés d'un gel de leurs salaires. Lorsqu'ils ont manifesté en 2012 pour réclamer une augmentation de salaire de 4,5 %, le Gouvernement a prétendu ne pas pouvoir se permettre de les payer davantage.

La demande d'augmentation de salaires des syndicats de l'éducation ignorée

« Il n'existe aucune raison précise qui justifierait une augmentation salariale réservée aux policiers » a déclaré Sibongile Mazibuko, Présidente de la SNAT. « Lorsque nous avons fait grève l'année dernière, nous avons été arrêtés par ordre royal et nous n'avons rien obtenu. »

Le Gouvernement ne peut pas rejeter certains fonctionnaires sans provoquer de troubles civils, a-t-elle averti. Mazibuko a également déclaré que, pour créer l'unité, le gouvernement doit partager les fonds entre les fonctionnaires.

Quinton Dlamini, Président du National Public Service and Allied Workers Union, a insisté sur le fait qu'il serait injuste que le gouvernement octroie une augmentation de 30 pour cent à certains fonctionnaires publics, alors que d'autres organisent en vain des manifestations pour obtenir aune augmentation salariale de 4,5 pour cent.

« A moins que cette augmentation ne soit appliquée à l'ensemble du service public, nous ne permettrons pas que cela se produise, » a déclaré Dlamini. « S'il faut lutter, nous lutterons. »

IE: le gouvernement se doit de garantir la qualité des services publics

« L'IE soutient nos collègues swazis et demande instamment aux autorités nationales de s'engager dans un dialogue social efficace avec les syndicats de l'éducation, afin de discuter d'une augmentation salariale pour les éducatrices et éducateurs », a déclaré Fred van Leeuwen, Secrétaire général de l'IE. « Nous déconseillons au gouvernement du Swaziland de monter les fonctionnaires les uns contre les autres. »