Ei-iE

Les grandes figures féminines du syndicalisme enseignant ouvrent la voie à l’autonomisation économique des femmes

Publié 16 mars 2017 Mis à jour 3 avril 2017

« La place de la femme est… dans son syndicat pour œuvrer en faveur de la justice économique », tel est le message que la délégation de femmes syndicalistes enseignantes de l'Internationale de l'Education, a fait retentir haut et fort dans toute la ville de New York, et en portant la question des droits de la femme jusque devant l’ONU.

La délégation de l’Internationale de l’Education (IE) à la 61e Session de la Commission des Nations Unies sur la condition de la femme(CSW61) poursuit son programme sans relâche malgré l’annulation, à cause des tempêtes de neige à New York, de certains événements parallèles dont, notamment, l’événement parallèle de haut niveau coparrainé par l'IE avec l'Initiative des Nations Unies pour l'Education des Filles (UNGEI) et la Mission norvégienne.

La délégation de l’IE, composée de 19 participantes de 13 syndicats, est dirigée par l'actuelle Présidente du Comité de la promotion des femmes de l'IE Dianne Woloschuk de la Fédération canadienne des enseignantes et des enseignants (FCE) et par la Secrétaire générale adjointe de l’IE Haldis Holst. Elle fait partie plus généralement de la délégation syndicale qui réunit des délégué(e)s de la Confédération syndicale internationale (CSI) et de l'Internationale des services publics (ISP), ainsi que des délégué(e)s de plusieurs organisations syndicales nationales, comme par exemple le Congrès du Travail du Canada (CTC). La délégation syndicale au complet compte 160 femmes de 44 pays.

Autonomisation économique

Les activités de l'IE à la CSW61, dont le thème prioritaire concerne «l'autonomisation économique des femmes dans un monde du travail en mutation», ont commencé par une séance de discussion avec le Dr. Savi Bisnath, économiste féministe et conseillère de l'Alliance mondiale contre la traite des femmes. Elle a insisté sur le rôle de leader joué jusqu’ici par les syndicats, et surtout les femmes syndicales, dans la bataille pour l'autonomisation économique des femmes et a expliqué que ceux-ci peuvent continuer à favoriser cette autonomisation.

Par ailleurs, l'événement parallèle coparrainé par l'IE, le CSI et l'ISP sur la « Mobilisation de l'action collective pour l'autonomisation économique des femmes » a eu lieu le 13 mars. La modération de l’activité revint à Vicky Smallman du CTC, tandis que Woloschuk de l'IE représentait la Fédération mondiale des syndicats de l'éducation, qui put également compter sur la présence de Gabriela Figueora de l' Asociación del Personal de la Universidad de Buenos Aires d’Argentine, et Jill Shenker du National Domestic Workers Alliance des Etats-Unis.

Mises à jour

Le programme complet de la CSW61 devrait se dérouler comme prévu. Les prochaines mises à jour des déléguées de l’IE seront disponibles ici.

La Déclaration écrite conjointe des syndicats mondiaux pour la CSW61 est disponible ici.

Vous pouvez également écouter le podcast du 8 mars de Dianne Woloschuk ici et lire le rapport du Secrétaire général des Nations Unies sur le thème prioritaire de la CSW61 ici.