Ei-iE

La voix des syndicats européens de l’éducation s’est fait entendre à l’UNESCO lors du débat sur l’égalité des genres.

Publié 5 avril 2016 Mis à jour 8 avril 2016

L’emploi et les qualifications ne doivent pas dépendre du sexe. Tel était le message clé répété par le Comité syndical européen de l’éducation lors d’un débat sur l’égalité des genres et l’éducation, qui s’est déroulé au Parlement européen le 18 mars.

L’événement était organisé par le bureau de liaison de l’UNESCO à Bruxelles, en Belgique, pour célébrer le lancement de l’ eAtlas des inégalités entre les sexes dans l’éducation. Il réaffirme l’engagement de l’UNESCO envers la promotion de l’égalité des genres dans et par l’éducation.

Maria Arena, membre du groupe de l’Alliance progressiste des socialistes et démocrates au Parlement européen, et Susan Flocken, Coordinatrice de la région européenne de l’Internationale de l’Education (IE), le Comité syndical européen de l’éducation, ont participé au débat. Elles ont échangé des idées sur la manière de promouvoir l’égalité entre les hommes et les femmes dans et par l’éducation en Europe, en soulignant l’importance de lutter contre les stéréotypes dans l’éducation de la petite enfance.

Le débat sur l’égalité des genres et l’éducation

Arena a également parlé de l’importance du congé de paternité, en indiquant que 2,7 pour cent seulement des hommes prennent un congé parental en Europe. Sans un bon équilibre entre vie professionnelle et vie familiale, « nous ne pouvons pas lutter pour l’égalité entre les sexes », a-t-elle déclaré.

Flocken a souligné l’importance d’apprendre aux enfants qu’il n’existe pas d’emplois masculins ou féminins. La société doit faire en sorte que les femmes n’obtiennent pas un travail ou un poste uniquement parce que ce sont des femmes, mais parce qu’elles sont compétentes.

Le rôle des syndicats

« Œuvrer à atteindre l’égalité des genres dans les syndicats, dans l’éducation et dans la société est un objectif majeur et une priorité de travail de l’IE depuis son congrès fondateur en 1995 », a indiqué la Secrétaire générale adjointe de l’IE, Haldis Holst.

De nombreux syndicats de l’éducation et leurs réseaux de femmes jouent un rôle crucial dans la conception des systèmes éducatifs et le développement des sociétés. Les syndicats doivent être « un modèle de rôle en appliquant les valeurs d’égalité, de diversité et d’autonomisation dans tous les aspects du travail syndical », a-t-elle ajouté.

Promouvoir l’égalité et encourager la diversité sont deux activités de base de l’éducation et passent par la remise en question des stéréotypes de genre, la création de fenêtres d’opportunités, l’ouverture de portes et la mise en place d’environnements d’apprentissage inclusifs, positifs et de qualité, a déclaré Holst.