Ei-iE

Comité des femmes de la CES, 10-11 avril 2014

Publié 23 avril 2014 Mis à jour 23 avril 2014

À l’occasion du Comité des femmes de la CES, les représentantes des confédérations syndicales nationales et des fédérations syndicales européennes ont discuté, entre autres, de la campagne de la CES pour les élections du Parlement européen ainsi que de la Résolution de la CES sur l’égalité des genres. Cette dernière sera soumise à l’adoption du Comité exécutif de la CES en juin prochain.

Avec une nette majorité, les représentantes syndicales ont élu Rosanna Ruscito (FIT CISL, Italie) au poste de suppléante au sein du Présidium du Comité des femmes de la CES. Les membres du CSEE auront la possibilité de la rencontrer lors du séminaire du CSEE sur l’égalité des genres au sein des syndicats d’enseignants qui se tiendra le 7 mai prochain à Utrecht et à l’occasion duquel Rosanna Ruscito fera une présentation.

Si l’on se réfère à l’analyse des résultats de l’Enquête annuelle du 8 mars de la CES, il appert que des changements en matière d’égalité des genres au sein des syndicats d’enseignants sont plus que nécessaires. En effet, l’affiliation des femmes  n’augmente pas proportionnellement à celle des hommes  et les femmes restent sous-représentées dans les postes de direction (nombre de femme dans les syndicats d’enseignants : 19 350, 285). Les participants ont accueillis favorablement les résultats de la partie qualitative de l’enquête qui indiquent que les syndicats européens ont concentré leurs efforts sur des actions contre les violences faites aux femmes. En effet les résultats brossent un paysage assez positif en ce qui concerne l’engagement des syndicats dans le domaine de la prévention d’actes de violence à l’égard des femmes, aussi bien sur le lieu de travail qu’au sein du foyer.

Les présentations de Jane Pillinger, étude de la CES sur les Négociations pour des salaires égaux, Christine Jakob, étude de la FSESP sur les services publics, et Juan Luis Barbolla Casas de la Commission européenne, ont confirmé et souligné les résultats de l’enquête annuelle du 8 mars, notamment en ce qui concerne la sous-représentation des femmes aux sein de postes de direction et les inégalités salariales, éléments qui ont des répercussions sur d’autres aspects de la vie tels que le bien-être, la famille et le vieillissement sain.