Ei-iE

Ben Curtis / AP / ISOPIX | Ugandan teacher instructs young South Sudanese refugee children
Ben Curtis / AP / ISOPIX | Ugandan teacher instructs young South Sudanese refugee children

Journée mondiale des réfugiés : les syndicats de l’éducation solidaires des étudiant.e.s et enseignant.e.s réfugié.e.s du monde entier

Publié 20 juin 2022 Mis à jour 22 juin 2022

Alors que des millions de personnes réfugiées de par le monde vont devoir affronter une nouvelle année loin de chez elles, l’Internationale de l’Éducation continue de défendre leurs droits et de s’assurer qu’elles sont accueillies et traitées avec dignité et respect.

Cette année, à l’occasion de la Journée mondiale des réfugiés, l’Internationale de l’Éducation est particulièrement préoccupée par le sort des millions de réfugié.e.s d’Ukraine déplacé.e.s par l’invasion russe. Cette guerre a eu un effet dévastateur et brutal sur les enfants et leurs familles et a violemment perturbé le système éducatif à tous les niveaux.

L’Internationale de l’Éducation travaille en étroite collaboration avec ses affiliés en Ukraine pour fournir une assistance aux enseignant.e.s et à leurs communautés touchées par la guerre. Partout dans le monde, les membres de l’IE sont solidaires de l’Ukraine et lancent un appel à la paix et à la fin de la guerre.

Début mai, l’Internationale de l’Éducation a réuni des syndicats de l’éducation d’Ukraine et des pays voisins, des responsables politiques et des organisations internationales dans le but d’intensifier la collaboration et de garantir que l’éducation se poursuive pour tou.te.s les élèves déplacé.e.s par la guerre. Cliquez ici pour télécharger le rapport du séminaire.

L’Internationale de l’Éducation a également dénoncé les actes de racisme et de discrimination à l’encontre d’étudiant.e.s africain.e.s, moyen-oriental.e.s et asiatiques qui tentaient de fuir l’Ukraine au début de la guerre. Toutes les personnes déplacées doivent être traitées avec dignité, indépendamment de leur nationalité, de leur race, de leur appartenance ethnique, de leur religion ou de tout autre critère.

« En tant qu’éducateur.rice.s et syndicalistes, nous défendons les droits et la dignité de toutes les personnes migrantes et réfugiées. Tout acte de discrimination à l’égard de personnes qui cherchent à se mettre en sécurité est inacceptable. Nous appelons les gouvernements à soutenir pleinement les communautés scolaires qui accueillent des élèves et des familles traumatisé.e.s par la guerre, la persécution, la pénurie et les changements climatiques. »

David Edwards, secrétaire général de l’IE

« À l’occasion de la Journée mondiale des réfugiés, les syndicats de l’éducation du monde entier se mobilisent avec un engagement renouvelé en faveur des droits de toutes les populations déplacées, et en particulier des enfants et des étudiant.e.s, des enseignant.e.s, du personnel de soutien à l’éducation, des chercheur.e.s et des syndicalistes de l’éducation », a-t-il ajouté.

Les bouleversements mondiaux de ces dernières décennies, qui ont provoqué des crises, des conflits et des guerres, ainsi que les conséquences des changements climatiques à l’échelle planétaire, ont conduit des millions de personnes à fuir leur pays en quête de sécurité et de refuge.

L’Internationale de l’Éducation défend les droits des réfugié.e.s et des migrant.e.s de tous les continents et œuvre avec ses organisations membres pour faire en sorte que chaque enfant, chaque étudiant.e, chaque enseignant.e qui fuit son pays puisse bénéficier d’un accueil optimal au sein des communautés éducatives.

Au Liban, un pays confronté à de multiples crises et qui accueille le plus grand nombre de réfugié.e.s par habitant au monde, l’Internationale de l’Éducation travaille aux côtés de ses organisations membres pour s’assurer que l’éducation se poursuit pour l’ensemble des élèves. Suite à une récente mission sur place, l’IE a lancé un appel à la solidarité internationale pour éviter l’effondrement du système éducatif du pays.

En Afrique, l’Internationale de l’Éducation œuvre aux côtés de son affilié, l’Uganda National Teachers’ Union (UNATU), et de partenaires internationaux dans le cadre du projet BRICE/Education for Life, qui vise à améliorer la résilience des élèves et du personnel enseignant au Sud-Soudan et en Ouganda. En Ouganda, pays qui accueille près de 1,5 million de réfugié.e.s, des efforts sont en cours pour résoudre les problèmes affectant l’éducation et le personnel enseignant dans les zones d’installation des réfugié.e.s.

Le 21 juin, David Edwards évoquera le travail de l’IE concernant l’éducation des réfugié.e.s lors d’un événement en ligne organisé dans le cadre du Prix Brookings-Yidan, intitulé « Ukraine and Beyond: Lessons in refugee education » (L’Ukraine et au-delà : enseignements en matière d’éducation des réfugiés). Cliquez ici pour vous inscrire.

Les organisations d’enseignant.e.s continueront à donner l’exemple au sein de leurs pays et de leurs communautés pour faire en sorte que le droit à l’éducation soit garanti aux personnes nouvellement arrivées, que cette éducation soit inclusive et que le rôle de l’ensemble du corps enseignant, y compris celui des personnes déplacées, soit reconnu, valorisé et récompensé.

Cliquez ici pour en savoir plus au sujet de notre travail en faveur des droits des migrant.e.s et des réfugié.e.s.